Intégrale Schütz

Intégrale Schütz

Le public de Nuremberg plébiscite le Dresdner Kammerchor et Pr Hans-Christoph Rademann pour l’aboutissement d’un projet d’exception

 

Avec l’enregistrement de l’intégrale de Heinrich Schütz (1585 – 1672), un hommage sonore fort a été rendu au premier compositeur allemand de renommée mondiale. Avec 20 parutions sur 27 CD au total, Hans-Christoph Rademann et le Dresdner Kammerchor ont enregistré pour la première fois l’intégralité de l’œuvre hétérogène de Schütz. À cette occasion, le grand concert d’ouverture du 68e Musikfest ION à Nuremberg était entièrement placé sous le signe de Heinrich Schütz. Rademann, fondateur et directeur musical du Dresdner Kammerchor, directeur artistique de l’Internationale Bachakademie de Stuttgart, lauréat du Prix international Schütz et initiateur de cette intégrale, avait choisi les Psalmen Davids. Ce recueil d’œuvres créé il y a 400 ans est une apothéose – à la fois dans l’œuvre de Heinrich Schütz et pour l’intégrale.

 

Le projet ambitieux d’enregistrer l’intégrale de Schütz date de 2009 dans le cadre d’une coopération intensive entre Pr Hans-Christoph Rademann et les éditeurs de Carus, Günter et Dr Johannes Graulich. La partition basée sur des recherches musicologiques de l’édition Schütz de Stuttgart, l’édition intégrale du Carus Verlag, a servi de support. Au cours des années qui ont suivi, l’enregistrement a eu lieu en étroite collaboration avec de nombreux spécialistes de Schütz, par exemple Pr Werner Breig, Pr Michael Heinemann, Ludger Rémy, Dr Uwe Wolf et Dr Helmut Lauterwasser. Avec le volume 20 Friedensmusiken und Psalmen (Carus 83.278), le dernier CD vient de paraître. La musique magnifique de Schütz peut ainsi être écoutée intégralement pour la première fois, dans toutes ses facettes et dans un excellent enregistrement.

 

Pr Hans-Christoph Rademann à propos de l’enregistrement : « Je ressens un profond sentiment de gratitude que nous ayons réussi à gérer un projet aussi important. Par ailleurs, je ressens – et ce sera sûrement le cas de tous les musiciens – un énorme enrichissement parce que la musique de Schütz témoigne d’un très grand talent. Son surnom de « Père de la musique allemande » est tout à fait justifié. Schütz est capable d’exprimer énormément de choses avec sa musique, il est en quelque sorte un « éclaireur » de la parole – avec de puissantes images musicales. La peinture et la musique cohabitent très étroitement, on apprend d’une certaine manière à voir avec les oreilles. «

 

Vous trouverez tous les CD de l’intégrale de Schütz ici.

  • L’occasion

    Un lieu de concert magnifique – l’église St. Sebald à Nuremberg dans le cadre de la cérémonie d’ouverture du 68e Musikfest ION

  • Programme de la soirée

    Le Dresdner Kammerchor chante les Psalmen Davids (1619) de Schütz sous la direction de Hans-Christoph Rademann.

  • Merci aux interprètes

    L’éditeur de Carus, Dr Johannes Graulich, distribue des roses pour remercier les musiciens. Les remerciements vont aussi à MDR KULTUR, Deutschlandfunk Kultur, au BR KLASSIK et aux sponsors pour leur soutien dans ce projet d’enregistrement monumental

  • Réception à l’historique Schürstabhaus

    De nombreuses personnes ayant continuellement soutenu le projet et lui ayant permis d’aboutir se sont réunies lors de la réception qui a suivi le concert. De gauche à droite : Anna Bockisch, Carus, Dr. Helmut Lauterwasser, éditeur, Dr Uwe Wolf, Carus, Dr Johannes Graulich, Carus, Dr Johannes Kärcher, soutien de longue date, Dr Christina Siegfried, Mitteldeutsche Barockmusik, Hans-Christoph Rademann, initiateur et directeur artistique, Dr Oliver Geißler, dramaturge du ION Musikfest