Mendelssohn: Herr Gott, dich loben wir. Oeuvre sacrées IX

Description

Le magnifique motet Herr Gott, dich loben wir de Mendelssohn disparut dans les archives juste après sa création en 1843 et ne fut redécouvert que quelques 150 ans plus tard, au milieu des années 90. Mendelssohn y crée un univers sonore archaïque inhabituel au moyen de passages antiphoniques et d'une harmonisation modale. Son art magistral de la figuration musicale du texte est évident dans les Psaumes 95 et 98 pour solistes, chœur et orchestre ainsi que dans l' Hymne op. 96. En plus de ces œuvres, quelques pièces a-cappella complètent cet enregistrement. L'interprétation du Kammerchor Stuttgart, maintes fois récompensé, de la Deutsche Kammerphilharmonie Bremen et de solistes de renom, sous la direction de Frieder Bernius, se distingue par le soin porté à la couleur sonore et une diction transparente et colorée.

Acheter

disque compact, SACD

83.217/00
12,5 x 14 cm, CD, digipac
EUR19,90 / Ex.
disponible

Informations produit

Contenu

19 Œuvre Afficher

chef d'orchestre

Frieder Bernius Plus d'information sur la personne

ensemble

Die Deutsche Kammerphilharmonie Bremen Plus d'information sur la personne

solist - soprano

Maria Bernius Plus d'information sur la personne
Andrea Lauren Brown Plus d'information sur la personne

solist - mezzo-soprano

Monica Groop Plus d'information sur la personne

solist - ténor

Werner Güra Plus d'information sur la personne

solist - basse

Michael Volle Plus d'information sur la personne

chœur

Kammerchor Stuttgart Plus d'information sur la personne

Critiques

... beim Sopranduett "Denn in seiner Hand" fühlt man sich dem Himmel nah.
chrismon, 2/2009

 

 

Umso verdienstvoller ist es, dass Frieder Bemius sich der Kirchenwerke Mendelssohns ohne Ausnahme angenommen hat. Der Chor überzeugt mit weichen, biegsamen Registern, die charakteristisch und klangvoll ausgebaut sind. ... Bemius nutzt das breite Ausdrucksrepertoire der Werke voll aus, baut ebenso auf große wie auf sehr konzentrierte Klänge. So mancher kurze Psalmsatz gerät deshalb in seinem Effekt kaum kleiner als ein Abschnitt aus einem der großen Oratorien.
Matthias Lange, klassik.com, 25.02.2009